Nous suivre

Facebook Twitter Instagram

close
Se connecter
Mot de passe oublié ?
close
Cet article à bien été ajouté à votre panier

Accueil /

Les éditions Féret

Féret
le défi du XXIe siècle

Marc Faujanet & Féret 2016

Il faut avoir une passion bien affirmée pour relever le défi du livre en 2016.

L’homme d’affaires porte un regard lucide sur un monde en mutation, mais qui a besoin de repères immuables.

Girondin dans l’âme, Marc Faujanet a la volonté lors de la conversion de ses activités de contribuer à l’accès pour le plus grand nombre au livre, aux échanges, à la culture.
Il développe plusieurs projets culturels et découvre à ce moment là l’une des pépites bordelaises : Féret.
Deux cents ans d’âge, la maison révèle cette identité bordelaise tournée vers la littérature et le monde du vin.

img_5039

L’écrit et le vin, véritable ADN de Bordeaux, se trouvent assemblés dans cette maison séculaire qui retient son attention. Féret, libraire-éditeur depuis 1812, ne possède plus qu’une librairie virtuelle, qu’à cela ne tienne, il conçoit de lui redonner sa place dans la ville, au cœur de la cité.

Sur le chemin qui a conduit cette société du 4 place de la Bourse au 24 des allées de Tourny, en passant, par le cours du chapeau rouge, celui de l’intendance et la rue de Grassi, il trouve au 50 cours du Chapeau rouge un emplacement de choix, incontournable ayant vue sur le Grand Théâtre.

Homme d’intuition, il agit rapidement… Le vin et le livre puisent leurs racines dans la mémoire collective bordelaise, alliant l’esprit et la lettre, le vin et l’art de vivre…
Il ne lui en faut pas plus pour imaginer ce que peut représenter ce symbole pour les générations à venir, transmettre, éduquer, valoriser.
C’est ainsi qu’il décide de faire renaitre, 33 ans après sa fermeture, la librairie Féret : La Librairie de la Comédie

Il s’inscrit ainsi dans la tradition et renouvelle ce lien indéfectible du libraire-éditeur.

Le choix du lieu ne doit rien au hasard. Le 50 cours du chapeau Rouge est au cœur de l’itinéraire de la maison fondée en 1812 par Jean-Baptiste Féret.

Il faut à cette maison deux pieds et deux jambes, l’un au contact d’une clientèle directe qui exprime ses souhaits et ses désirs, l’autre en création pour produire ce que d’autres ne feront jamais.

Telle est la vocation de Féret, prendre le rythme et le pouls du voyageur venu à Bordeaux en quête de vin et de culture, avide de découvrir cette planète « vin » dont la renommée mondiale l’a incité à faire son déplacement.

Une formidable aventure humaine depuis 1812

La famille Féret est originaire de Servigny, petite commune proche de Coutances (Manche). Fin 1812, Jean Baptiste Féret (aîné) installe une librairie à Bordeaux. Le brevet de libraire étant un privilège, Jean Baptiste l’acquiert en janvier 1813. Il publie son premier ouvrage en 1814.

En 1818 il s’associe avec un confrère, Gayet, pour développer ses affaires, la Maison Féret. L’activité éditoriale prend de l’importance : en 1819, les deux associés publient trois ouvrages, soit autant qu’en cinq ans, entre 1814 et 1818.

En 1820, Jean-Baptiste reprend sa liberté. En 1822, la vente d'un ouvrage vantant les mérites de Napoléon par un de ses colporteurs lui attire les foudres de la justice royale. Passible de la peine capitale. Condamné à un an de prison, il perd ses droits civiques. Il est contraint à quitter la ville...

Heureusement, son frère, qui le secondait jusque-là, a le culot de relever le gant sans attendre. Baptisée, Jean-Baptiste Féret jeune, la librairie est transférée au 7 des allées de Tourny. Et y demeure quelques années.

Jean-Baptiste « aîné » s’est en fait réfugié à Paris. À la suite de son frère, il poursuit l’activité de la librairie sous les arcades du Palais-Royal.

Son fils Michel-Édouard Féret, né en 1814, breveté libraire en 1840, revient à Bordeaux en 1841, tandis que son père s’exile à Lisbonne. L’entreprise prospère rapidement.

1850 est une année qui va profondément marquer la Maison Féret et notamment son devenir dans le monde de l'édition. Ainsi paraît, en 1850, le Guide de l'étranger à Bordeaux et dans la Gironde. Bordeaux, ses environs et ses vins classés par ordre de mérite : le premier “ Féret ”. Il comporte 316 pages.

Michel-Édouard Féret a deux fils, Édouard et Émile (né en 1846). Le génie du père sera de cerner chez eux leurs qualités et de dissocier les fonctions de chacun. Édouard sera l’éditeur et Émile le libraire.

EdouardFeret-vieux

Né à Bordeaux, 2 place Saint-Rémi, le 23 octobre 1844, Édouard Féret commence son éducation par des études classiques au lycée. Puis en 1862, il débute un long apprentissage dans l’entreprise familiale.
En 1865 il fait un stage d’un an dans une maison d’édition parisienne pour compléter sa formation d’éditeur. De retour à Bordeaux en 1866, il se voit confier par son père l’actualisation du Bordeaux et ses vins, la deuxième édition, celle de 1868.

Édouard Féret aura le talent de l’adaptation. Libéré par Émile de la gestion de la librairie, Édouard, outre ses propres travaux d’éditions sur l’histoire, l’agriculture et la viticulture, s’intéresse à tous les sujets. Il est Président du Syndicat des libraires du Sud-Ouest, membre fondateur de la Société Archéologique de Bordeaux, de la Revue historique de Bordeaux et du Sud-Ouest, et anime bien entendu la Société des bibliophiles de Guyenne.

Émile se retire en 1896, au moment de l’arrivée de Charles le fils ainé d’Édouard, Félix, le second les rejoindra quelques années après.

Ayant achevé en 1908 la huitième édition de Bordeaux et ses Vins, Édouard meurt d’une crise cardiaque qui le terrasse en plein travail à son bureau le 13 février 1909. Il laisse la librairie et les éditions à ses deux fils Félix et Charles.

En 1915, le décès de Félix laisse seul Charles, son frère, à la tête de l’affaire, ce dernier sera un libraire d’exception et un éditeur averti. Il met au point un système de classement par fiches qui est repris ensuite par de nombreux libraires dans toute la France. Parallèlement à la direction de la librairie , il préside pendant près de quinze ans (de 1919 à 1932) le Syndicat des Libraires du Sud-Ouest. Il est resté dans les mémoires comme une figure marquante de la librairie bordelaise.

Après cinquante-huit années d’exercice de sa profession, Charles, en 1953, laisse à son fils Claude, qui le seconde depuis 1928, la direction de la maison. Il aura édité plus de deux cents ouvrages.

Claude Féret s’est initié très tôt au métier de libraire et associé à son père, en 1942. De 1946 à 1954 il préside le Syndicat des libraires du Sud-Ouest et devient, plus tard, Membre de la Chambre des experts judiciaires du Sud-Ouest. En septembre 1947, il épouse Odette Bonnal, veuve de Marc Lemay dont elle a eu un fils Marc-Henry né en 1943.

Claude Féret aime la nature, les grands espaces. Sportif, il fait du canoë-kayak, de la voile, du ski, du cheval et, enfin du vélo. Il a le goût des promenades solitaires qui, en fait, le ressourcent et lui permettent de méditer. S’intéressant à tout, il prend plaisir à discuter avec sa clientèle de fins lettrés et collectionneurs. Madame Féret s’occupera ainsi de la librairie et Claude de l’édition.

En 1972, Claude met la librairie en gérance libre qui fermera en 1983 mais il conserve les éditions. En 1986 les deux entités sont à nouveau réunies, mais la librairie ne pourra rouvrir. En avril 1989, un accident vasculaire cérébral le maintient hors du monde pendant quatre mois. Un mieux apparaît, mais début 1990 il fait une rechute. Il décédera en 1995.

Son beau-fils, Marc-Henry Lemay, qui collabore depuis 1960 à la préparation des ouvrages et en particulier à l’élaboration des “Féret” assure la succession. La famille lui confie la mission d’assurer la continuité des Éditions. Marc-Henry créée en 1992 La S.A.R.L. des Éditions Féret qui prend la suite de la société en nom personnel de Claude Féret afin de poursuivre l’œuvre de cinq générations de Féret.

Il s’entoure de passionnés et transmet le savoir-faire « Féret ». En une vingtaine d’années plus de 200 titres paraissent. Ses successeurs s’attachent à leur tour à procurer à cette maison qui marque l’ADN de Bordeaux un avenir radieux.

En 2012, la maison fête son bicentenaire. En 2016 ils trouvent en Marc Faujanet le porteur d’un projet exceptionnel. Le 22 juin 2016, la maison Féret retrouve avec bonheur sa vocation de libraire-éditeur, la librairie de la Comédie – Féret ouvre ses portes…

Itinéraire d’une librairie qui marque l’ADN de Bordeaux
1812 – 2016 – …

En 1812, Jean Baptiste Féret (aîné) installe sa librairie 4 place de la Bourse à Bordeaux.

En 1818 associé à Gayet, pour développer ses affaires, la Maison Féret s’installe au 3 des Fossés du Chapeau-Rouge.

En 1820, Jean-Baptiste reprend sa liberté et s’établit au 30 des mêmes Fossés.

En 1822, la mésaventure de Jean-Baptiste « aîné » le contraint à quitter Bordeaux, son frère, qui le secondait jusque-là, transfère la librairie au 7 des allées de Tourny.

Jean-Baptiste « aîné » s’est en fait réfugié à Paris. À la suite de son frère, il poursuit l’activité de la librairie sous les arcades du Palais-Royal dans les années 1830.

Son fils Michel-Édouard Féret, né en 1814, breveté libraire en 1840, revient à Bordeaux en 1841 et installe la librairie 2 place Saint-Rémi.

Son succès est tel, qu’il s'installe 15, Fossés de l'Intendance en 1845.

Édouard et Émile lui succèdent à cette adresse. Les enfants d’Édouard, Charles et Félix prennent la direction en 1909.

Trois ans après leur arrivée aux commandes, en 1912, Ils cherchent un nouveau local. Ils transfèrent la librairie au 9 de la rue de Grassi, dans un immeuble du xviiie siècle, qui était à l’origine les chais d'un négociant en vins et chocolat.

La librairie, puis les éditions demeurent à cette adresse jusqu’en 2003. Les Éditions Féret se déplacent en 2004, au 24 allées de Tourny, pratiquement en face de la librairie de 1822

Le 22 juin 2016 la librairie de la Comédie – Féret ouvre ses portes au 50 cours du chapeau Rouge, à équidistance des lieux occupés depuis 1812 !

Paiement sécurisé

Commandez en toute sécurité

Livraison rapide

Expédition & Livraison rapide

Service client

Disponible pour tous renseignements